LE COURTE HISTOIRE DE NOTRE ORGANISATION

La ligue de la jeunesse communiste Yougoslave (SKOJ) a été reformée le 25 janvier 1992 à Belgrade en tant que continuatrice des traditions révolutionnaires de la SKOJ originelle qui est née en 1919 et a été dissoute en 1948. La SKOJ a été ranimée sous la forme d’une organisation de jeunesse du Nouveau parti communiste de Yougoslavie (NKPJ), le seul parti Marxiste-Léniniste présent sur le territoire de l’ancienne République fédérale socialiste de Yougoslavie, mais elle est aussi active en tant qu’organisation politique indépendante, elle est donc enregistrée comme telle auprès des autorités compétentes. Les membres du SKOJ rassemblent un tiers des membres de l’ensemble du NKPJ. La SKOJ est la seule organisation de jeunesse de cette région qui est enregistrée en tant que membre de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique.

NOTRE POINT DE VUE SUR LE DESINTEGRATION DE LA YOUGOSLAVIE

La République fédérale socialiste de Yougoslavie (RFSY) ne s’est pas désintégrée, comme certaines personnes l’affirment et essaient de le prouver. Elle a été violemment renversée et démantelée. L’effondrement de la RFSY a été orchestré par l’impérialisme Occidental. La façon la plus facile de remettre en cause le socialisme dans notre pays était d’attiser les conflits ethniques, ce qui a mené à une guerre sanglante, fratricide. Dans leur opération antiyougoslave, les capitalistes Occidentaux ont usé à profusion des services des gouvernements séparatistes et nationalistes. La SKOJ lance comme mot d’ordre le retour de l’union de toutes les nations Yougoslaves et minorités nationales sur le territoire de l’ancienne Yougoslavie, union basée sur des principes de volontarisme, d’égalité et d’échange mutuellement avantageux. En accord avec ces engagements, la SKOJ a des membres dans toutes les Républiques de l’ancienne Yougoslavie. .

L’AGRESSION DE L’OTAN CONTRE LA REPUBLIQUE FEDERALE DE YOUGOSLAVIE EN 1999

Entre le 24 mars et le 11 juin 1999, la République fédérale de Yougoslavie et ses 12 millions d’habitants ont été confrontés à l’attaque impitoyable de la force militaire la puissante au monde. Il faut avoir à l’esprit que le réservoir humain des pays agresseurs était de 764 millions d’habitants, le ratio était de 70 contre 1. Le ratio territorial était de 234 contre 1 celui de la puissance économique de 676 contre 1. Une comparaison des forces militaires en présence peut être difficile à établir, à cause de la complète disproportion qualitative et quantitative. Lors de l’agression de l’OTAN contre la République fédérale de Yougoslavie, près de 27 000 sorties aériennes ont été effectuées. Plus de 8 200 d’entre elles ont impliqué l’usage de leur armement de combat. Près de 2 300 frappes ont été menées contre 995 sites (« cibles ») dans la République fédérale de Yougoslavie. Un nombre important d’équipements d’infrastructures a été détruit, plus de 50 ponts démolis. Le siège de Radiotélévision de Serbie (RTS) en plein cœur de Belgrade a été bombardé, causant la mort de 17 employés de RTS. Le bâtiment de la Radiotélévision de Novi Sad a également été détruit, ainsi que plusieurs autres installations électroniques au moment où la tour d’affaires « Usce » était visée à Belgrade. 37 tours relais radio et Télévision et équipements d’émission ont été bombardés. Des installations de télécommunications et téléphoniques dans tout le pays ont également été attaqués. La liste comprend la tour télévisée du Mt. Avala, les tours relais des Mt.Kopoanik, Jastrebac et Cer, la station satellite « Prilike » près d’Ivanjica, et les bureaux de poste de Užice et Pristina. Les avions agresseurs ont bombardé 53 installations médicales, et les frappes directes ou les conséquences indirectes d’un bombardement ont endommagé ou détruit plus de 300 installations préscolaires, scolaires et de tourisme. L’Hôpital « Dr.Dragisa Misovic », le Centre de santé de Surdulica, le centre clinique de Nis, l’école élémentaire « Marija Bursac » à Belgrade, les écoles élémentaires à Resnik, Batajnica et Rakovica, l’Hôtel « Jugoslavija » à Belgrade et l’Hôtel « Baciste » sur le Mt.Kopaonik sont seulement quelques exemples de ce que les structures militaires ont appelé pharisaiquement des objectifs militaires légitimes ou des dommages collatéraux. L’histoire de la guerre sera aussi marquée par le bombardement de l’ambassade de la République populaire de Chine à Belgrade, où 3 citoyens Chinois ont été tués. Les dégâts totaux causés à l’économie et aux infrastructures du pays sont estimés à 100 milliards de dollars. Dans l’agression contre la République fédérale de Yougoslavie, l’OTAN a violé des dizaines de conventions internationales, parmi lesquelles la convention sur les dommages causés par la pollution pétrolière, l’empoisonnement au benzol, la prévention des risques de cancer, la pollution aérienne transfrontalière sur grandes distances, la protection de la couche d’ozone, la préservation de la flore et de la gaune… Sur les 1 200 civils, 30% étaient des enfants, et sur les 5 000 blessés, plus de 40% étaient des mineurs. L’agression de l’OTAN contre la République fédérale de Yougoslavie était une attaque impérialiste. L’objectif des impérialistes occidentaux était très clair; ils voulaient emmener des troupes d’occupation sur les territoires du Kosovo et du Metohija. La moindre des choses que nous puissions faire est de ne pas se joindre, dix ans plus tard, à l’union de ceux dont les tactiques de guerre ont poussé la Serbie à la capitulation en lui causant le maximum de dommages collatéraux possibles. En 2006, la Serbie a été admise dans le programme Partenariat pour la paix, Dans son discours à la session de l’Union Nord-Atlantique, le Président serbe Boris Tadic a déclaré que l’admission de la Serbie au Partenariat pour la paix est seulement le premier pas qui culminera sur l’intégration entière de la région à l’OTAN. Il a marqué l’admission au Partenariat pour la paix comme étant le commencement d’un nouveau chapitre dans l’histoire des libertés démocratiques dans l’Europe du Sud-est. La SKOJ s’oppose à cette politique. Ni le Partenariat pour la paix ni l’OTAN ne conviennent pour la Serbie.

LE QUESTION D ‘INTEGRATION DE LA SERBIE À L’UE

En 1ère mars 2012, le gouvernement Serbe a été accordé le statut de candidat à l’adhésion de l’UE. Les avis des citoyens Serbes sont extrêmement partagés sur la question à cause des pressions fortes exercées par l’UE et de l’énorme propagande dont le but est d’accélérer l’adhésion de la Serbie à cette organisation impérialiste. La SKOJ s’oppose ouvertement à l’adhésion de la Serbie à l’UE. Rappelons simplement le rôle de l’UE pendant la guerre civile fratricide et sanglante sur le territoire de la Yougoslavie dont l’inspirateur direct a été l’UE elle-même soutenue par les États-Unis et l’OTAN impérialistes. L’objectif de l’UE n’est pas l’unification des nations, mais la libéralisation absolue au sein de la sphère économique, ce qui assurera des profits supplémentaires à l’oligarchie financière qui, en collaboration avec les États-Unis et l’OTAN, met en œuvre les politiques impérialistes dans le monde entier. Il ne fait aucun doute que l’expansion de l’UE vers l’Est va seulement permettre à la bourgeoisie occidentale d’étendre ses marchés à des fins d’exploitation ainsi qu’à apporter une protection maximale au capital investi en harmonie avec les lois dictées par l’UE elle-même, grâce à quoi elle obtiendra des profits énormes et emploiera une force de travail abondante, bon marché et sans droits. L’ensemble des « réformes » capitalistes en Serbie, mises en œuvre dans le chemin qui mène à l’adhésion, et les « réformes » similaires mises en œuvre dans les anciens pays socialistes Européens nous a fait régresser à l’époque où se réalisait avec des méthodes de bandits l’accumulation primitive de capital. Elles ont transformé l’économie du pays en ateliers périphériques de multinationales qui brassent, dans une atmosphère d’asymétrie de pouvoir et de conditions discriminatoires, des milliards d’Euros de profits qui sont rapatriés à l’Ouest impérialiste. Aujourd’hui, plus que jamais auparavant, la Serbie est entre les mains du capital étranger. La majeure partie du PIB repose sur le secteur privé qui est absolument dominé par le capital Occidental. La SKOJ n’appelle pas à la fermeture des frontières, à l’isolement et à l’affrontement mais à la coopération mutuellement avantageuse reposant sur les principes d’égalité et de respect mutuel.

La perspective que les Communistes offrent n’est pas l’Europe unifiée sur des bases capitalistes, mais une Europe démocrate, éprise de liberté, SOCIALISTE.

LE PROBLEME DE KOSOVO

Une des causes les plus complexes du drame que vit le Kosovo actuellement découle de la transformation des relations internationales causée par la domination des États-Unis après l’effondrement de l’Union soviétique. Ces nations qui vivent au Kosovo doivent décider en toute indépendance sur les toutes les questions liées à son développement économique, culturel, politique et social. Après l’agression lancée contre la République fédérale de Yougoslavie, les troupes de l’OTAN sont allés jusqu’au Kosovo et construit la plus grande base militaire d’Europe – Bondsteel. Durant les bombardements de l’OTAN, les avions Américains ont déchargé sur le territoire du Kosovo 10 millions de kilos d’uranium appauvri. Selon le journal « Ekspres » de Pristina, Kosovo a pris la première place dans la région pour le nombre de morts causés par le cancer, puisque près de 5 000 personnes meurent chaque année à cause de l’augmentation de la radioactivité, des chiffres qui ont triplé par rapport à ceux de l’avant-guerre. Ce qui illustre la gravité du problème lié à l’uranium appauvri, c’est le fait que sur 225 soldats Italiens qui ont participé à la mission de la KFOR, 45 d’entre eux sont morts de maladies malignes, tandis que 25 d’entre eux avaient des enfants nés avec des malformations génétiques. Près de 73% de la population en âge de travailler est au chômage, et plus de la moitié des chômeurs a moins de 35 ans. Le Kosovo et Metohija produit près de trois fois moins d’électricité qu’avant 1999. Les usines ne marchent pratiquement pas du tout, ou utilisent seulement 10% de leurs capacités. Les problèmes les plus importants du Kosovo sont le crime organisé et la corruption ainsi que l’état inquiétant des droits de l’Homme. Les industries-clés sont entre les mains de l’occupant qu’est l’OTAN qui en dispose à son gré et récolte les profits qui ont été créés dans le meilleur intérêt des peuples du Kosovo et de Metohija pendant les cinq dernières décennies. L’occupation actuelle ne correspond pas aux intérêts réels et de long-terme des peuples du Kosovo et de Metohija, elle est seulement dans les intérêts des objectifs impérialistes et expansionnistes de l’OTAN. Les objectifs des divers comités de « paix » internationaux est d’intensifier encore plus l’état des choses actuel sur la base du principe « diviser pour mieux régner ». La paix, l’unité et le progrès pour toutes les nations des Balkans ne sont possibles que si l’impérialisme abandonne le devant de la scène historique et politique. La paix, l’unité et le progrès pour toutes les nations des Balkans ne seront possibles seulement quand la domination impérialiste guidée par le principe « Diviser pour mieux régner » cédera devant l’unité des travailleurs des Balkans, leur résistance visant à l’effondrement de l’ordre impérialiste et néocolonial. Le SKOJ est d’avis que le Kosovo et Metohija sont partie intégrante de la Serbie qui est occupée par l’impérialisme Occidental. Donc, le SKOJ demande à ce que les troupes d’occupation de l’OTAN quittent le Kosovo et Metohija.

LE ROLE DE L’ÉGLISE DANS LE SOCIETE SERBE AUJOURD’HUI

En ce moment, l’Église orthodoxe serbe se distingue avant tout comme une force politique dominante en collaboration permanente avec les structures de pouvoir. Cela s’insère dans ce que l’histoire ecclésiastique identifie comme « l’union du trône et de l’autel ». L’Église est présente aujourd’hui dans tous les pores de la vie publique. Les hauts dignitaires de l’Église orthodoxe serbe ont soutenu en 2000 l’opposition dans leur lutte contre Milosevic, elle a eu un impact décisif dans l’introduction de l’enseignement religieux à l’école, et elle a ses représentants dans l’Agence républicaine de radiodiffusion serbe. L’Église orthodoxe serbe s’insère dans le cercle des Églises en sociétés conservatrices, elle s’est traditionnellement fondu dans le pouvoir d’État et a traversé les siècles en priant pour l’Empereur, et en obéissant à l’Empereur. Ainsi, l’Église orthodoxe serbe n’a pas la moindre réponse, en tant qu’Eglise officielle, à apporter aux problèmes de notre temps qui se posent à l’échelle mondiale. L’Église orthodoxe serbe, qui a été réputé pendant des siècles pour être une église pauvre en termes de ressources matérielles, n’est pour la première fois de son histoire plus pauvre du tout, et même exposée à de nombreux scandales financiers et de corruption. Les structures politiques bourgeoises en Serbie ont totalement accepté l’Église comme un pilier de son pouvoir et l’Église a décidé de jouer son rôle. Aujourd’hui, l’Église orthodoxe serbe défend le mouvement collaborateur des « Tchetniks », les présentant comme une victime du Communisme. En 2003, l’Église orthodoxe serbe a canonisé l’Evêque Nikolaj Velimirovic. Cette canonisation a été réalisée sur la base de principes purement politiques: Nikolaj Velimirovic était un idéologue du mouvement de Dimitrije Ljotic qui a ouvertement, les fusils à la main, combattu quatre ans du côté Nazi en Serbie. Quand en avril 1945, Hitler se suicidait, Velimirovic continuait à appeler au « combat contre l’Ouest ploutocratique, les juifs et les francs-maçons ». Ses livres contiennent les références les plus radicalement antisémites. Il n’était pas seulement un nationaliste et un anti-communiste mais un partisan passionné des Nazis également. Par exemple, Nikolaj Velimirovic a déclaré la chose suivante à propos d’Hitler: « Néanmoins, nous devons rendre un hommage appuyé au leader Allemand actuel qui, venu de la masse des gens ordinaires, a réalisé que le nationalisme sans religion est une absurdité, une machine froide et fragile. Désormais, au XXème siècle, il est revenu à la conception de St-Sava, et bien que sans expérience il a entrepris la plus importance des actions pour une nation, une action qui ne relève que des saints, des génies, des héros ».

CHERS CAMARADES, AU NOM DE LA LIGUE DE LA JEUNESSE COMMUNISTE YOUGOSLAVE – SKOJ, NOUS SOUHAITONS VOUS ADRESSER DES SALUTATIONS COMBATIVES, REVOLUTIONNAIRES ET NOS MEILLEURS VŒUX POUR DE NOUVELLES VICTOIRES. L’EFFONDREMENT TEMPORAIRE DU SOCIALISME EN EUROPE DANS LES ANNEES 1990 A ARRETE POUR UN MOMENT LE PROGRES SUR NOTRE PLANETE; TOUTEFOIS GRACE AUX COMMUNISTES DU MONDE ENTIER ET DES PAYS SOCIALISTES, LE SUCCES DE LA MONDIALISATION CAPITALISTE A ETE SEULEMENT TEMPORAIRE. NOUS SOMMES CONVAINCUS QUE L’ANTICOMMUNISME SAUVAGE N’ENTAMERA PAS NOTRE LUTTE POUR LE SOCIALISME, MAIS, AU CONTRAIRE, NOUS AIDERA SEULEMENT A NOUS UNIR ENCORE PLUS ET A NOUS MENER A LA VICTOIRE FINALE !

Please follow and like us:

Pratite nas na:

Facebook
Google+
http://www.skoj.org.rs/le-courte-histoire-de-notre-organisation/">
Twitter
YouTube

NEWEST :

BRUTAL ARREST OF SKOJ ACTIVISTS YANKEE GO HOME! JUDICIAL PROCESS AGAINST THE FIRST SECRETARY ALEKSANDAR ĐENIĆ SUCCESSFULLY COMPLETED SECOND ANFIFASCIST CAMP 1.MAЯ 2012